» » Le stéthoscope
Exporter en pdf  Exporter en pdf


Le Stéthoscope :

 

L'origine du stéthoscope :

Le stéthoscope du grec, stêthos signifiant poitrine et scope signifiant observer, est un instrument acoustique utilisé en médecine pour l’auscultation, c’est à dire l’écoute des sons à l’intérieur du corps.

 

C’est un système de transmission et d’amplification des sons par résonnance. Son principe est simple. A l’aide d’un interface spécifique (membrane ou cloche), un son est capté, puis transmis sur une faible distance jusqu’aux oreilles de l’utilisateur. Le premier stéthoscope a été inventé par le médecin Quimpérois René Laennec en 1816. Inventé pour des raisons de pudeur (il était gêné de devoir ausculter directement une femme de 40 ans) mais aussi d’efficacité, le stéthoscope a connu depuis de nombreuses évolutions.

Si à son origine son stéthoscope correspondait à une simple liasse de papiers roulés, Laennec perfectionna sa découverte en fabriquant le premier stéthoscope en bois. Le stéthoscope fut ensuite amélioré progressivement. L’une des avancées notables fut de donner une forme évasée à la partie distale du stéthoscope correspondant à la partie en contact avec le patient. Puis de rigide, le stéthoscope passa à flexible. La partie évasée appliquée sur le patient est maintenant relié aux oreilles du médecin par un tuyau souple. Puis des stéthoscopes biauriculaires furent réalisés et commercialisés en 1851.

 

En 1961 le docteur David Littmann, modernisera le stéthoscope en créant le stéthoscope à double pavillon réversible encore utilisé de nos jours. Actuellement le stéthoscope est constitué de trois parties : la lyre, la tubulure et le pavillon.

 

 

Le stéthoscope aujourd'hui :

 

La dernière génération de stéthoscopes est électronique et utilise un système de microphone et de hauts parleurs pour transmettre les sons. Ces stéthoscopes électroniques éliminent en moyenne 85% du bruit de fond ambiant pouvant nuire à l’auscultation, sans masquer les corporels critiques. Ils peuvent aussi amplifier les sons. Ainsi, l’amplification est meilleure, les bruits ambiants sont filtrés et parasitent moins l’écoute. Une fonction de réduction de vitesse de restitution permet de mieux décomposer les sons rapides.

Enfin certains disposent d’un système Bluetooth permettant l’enregistrement de l’auscultation sur ordinateur permettant l’envoie de l’auscultation à un collègue (spécialiste : cardiologue, pneumologue) afin de lui demander un avis.

 

La Lyre du stéthoscope :

La lyre est la partie métallique du stéthoscope qui relie la tubulure aux embouts auriculaires. Les embouts viennent se loger au niveau du pavillon auditif de l’utilisateur. Ils peuvent être en caoutchouc rigide ou souple. Les embouts souples sont les plus utilisés actuellement car d’un meilleur confort et d’une bonne étanchéité. Ils sont généralement amovibles soit par un système de clips soit avec un pas de vis.

 

La tubulure du stéthoscope :

La tubulure correspond au tube souple en PVC reliant le pavillon à la lyre. Les stéthoscopes de qualité, ont une tubulure double, c'est-à-dire que dans le même tuyau, on retrouve deux conduits distincts (un pour chaque oreille) permettant ainsi, une transmission et une restitution acoustique fidèle et uniforme.

 

Le pavillon du stéthoscope :

Le pavillon est la partie du stéthoscope qui se place au contact du patient. C’est la qualité du pavillon qui fait en grande partie la qualité de l’écoute. Il peut être simple sur les modèles les plus basiques ou double lorsqu’il y a également une cloche. Le coté membrane permet d’écouter les bruits à haute fréquence (bruits ventilatoires par exemple) et le côté cloche les bruits à basse fréquence (bruits vasculaire par exemple).

 

La membrane du stéthoscope :

La membrane double fréquence, inventé par 3M Littmann, permet d'écouter les différentes fréquences de sons sans tourner le pavillon ni changer la zone d'auscultation.

  • Légère pression : basse fréquence
  • Pressions ferme : haute fréquence

 

L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter - posez vos questions à l’administrateur du site